Le premier Feature Pack pour SharePoint 2016

Afficher l'image d'origine

Un produit en constante innovation

SharePoint 2016 vient à peine d’arriver que Microsoft nous annonce l’arrivée du Feature Pack 1 pour SharePoint Server 2016.

Les choses s’accélèrent à Redmond et SharePoint 2016 fait partie de la course. A l’instar de Windows 10, dès le lancement de cette nouvelle mouture, Microsoft annonçait clairement que cette version posait les nouvelles bases de SharePoint : robuste, moderne, en innovation constante et surtout orienté Cloud plus que jamais.

Le schéma des mises à jour s’adapte donc aussi à ce train en accélération : on ne parle plus de Service Packs tous les 6 mois / 1 an, mais bien de Feature Packs, produits à un rythme plus élevé afin de mettre mieux en adéquation les versions on-prem et cloud de SharePoint.

Nouveautés du Feature Pack 1

Ce Feature Pack 1 apporte donc son lot de nouveautés avec notamment :

  • La journalisation des actions d’administration,
  • Une version améliorée des Mini-Rôles pour les fermes de taille modeste,
  • L’arrivée de la Modern Experience pour OneDrive For Business,
  • Le support des tuiles personnalisées dans le lanceur d’application,
  • Les capacités d’audit enfin accessibles en mode hypbride,
  • De même pour la taxonomie unifiée entre le cloud et vos serveurs,
  • Enfin, une API pour OneDrive pour des développements On-Prem.

Journalisation des actions d’administration

Vous ne vous êtes jamais retrouvés dans cette situation où vous ne vous rappelez plus du tout comment accéder à telle fonctionnalité de l’Administration Centrale ? Ou comment vous aviez résolu tel problème grâce à une option bien cachée sous les couches de fenêtres de paramétrage ?

Microsoft a pensé à vous et vous permet à présent de gagner du temps en enregistrant tout ce que vous faites dans l’Administration Centrale ou en session Management Shell. Enfin vous allez pouvoir capitaliser sur le savoir-faire en administration SharePoint 🙂

Des Mini-Rôles en mieux

Grâce aux mini-rôles dans SharePoint 2016, quoi de plus facile que d’ajouter un nouveau serveur à votre ferme spécialisé dans l’indexation de la Recherche par exemple, ou bien encore dans l’exécution des conversions de documents Office ? Vous indiquez à SharePoint ce à quoi se destine votre nouveau serveur, et il fait le reste : les applications de service ad-hoc sont automatiquement instanciées et configurées correctement. Moins de sueur, plus de temps !

A présent, deux rôles pré-configurés sont disponibles :

  • serveur Front-End avec Cache Distribué
  • serveur d’application avec la Recherche

Ainsi, rien qu’avec ces deux nouveaux mini-rôles, qui couvrent l’essentiel d’une ferme SharePoint de base, il n’a jamais été aussi facile de déployer une nouvelle ferme à 2 serveurs.

La Modern Experience pour OneDrive For Business

Vous commencez à aimer sérieusement le nouveau look&feel de OneDrive sur Office365 ? Vos yeux vous piquent lorsque vous revoyez un MySite sous SharePoint 2013 ?  Ne vous inquiétez pas, désormais les sites OneDrive For Business hébergés dans votre ferme SharePoint Server 2016 bénéficient eux aussi de la Modern Experience. Vos utilisateurs vont vous adorer 😉

Tuiles personnalisées

Le Lanceur d’Application est LE « Menu Démarrer » de SharePoint dorénavant. Introduit avec l’arrivée d’Office 365, Microsoft en a fait progressivement la plateforme, le bouton de démarrage incontournable pour l’utilisateur qui souhaite accéder à l’ensemble de ses services. Il était déjà possible d’ajouter des tuiles standards dans Office 365 et de les retrouver sur sa ferme On-Prem dans une configuration hybride. Maintenant les tuiles peuvent « pointer » sur tout ce qui nous intéresse… même leboncoin.fr, oui, oui !

Une API pour OneDrive

Qui dit espace de stockage, dit API d’accès. Non ? C’est la moindre des choses. Grâce à son lot de services HTTP, votre application custom peut aller chercher et interagir avec tous les documents et dossiers stockés aussi bien sur OneDrive Personal, OneDrive For Business et SharePoint Online. Imaginez par exemple une app pour mobile qui vous permette de visualiser au même endroit tous vos documents, qu’ils soient stockés sur votre OneDrive d’entreprise ou votre OneDrive personnel.

L’hybride qui va plus loin

Les capacités d’audit sont repoussées : les journalisations d’usage et d’activités diverses et variées que produit votre ferme On-Prem sont régulièrement téléchargées vers votre espace d’administration dans Office 365. Ainsi vous pouvez surveiller votre ferme On-Prem depuis les nuages !

La taxonomie dans SharePoint est un pilier de la classification et de l’organisation des contenus et de l’information. Les documents et les pages ainsi estampillés de mots-clés permettent de produire à terme une navigation transverse par thématiques du métier, sans compter les bénéfices apportées dans l’expérience de Recherche, et tout cela en respectant la  culture linguistique de chacun. A présent, les ensembles de termes de votre ferme peuvent être unifiés à ceux que vous avez définis dans SharePoint Online. Ainsi la gestion des ensembles de termes ne se fait plus qu’à un seul endroit.

Afficher l'image d'origine

Oui mais quand ?

De son petit nom Feature Pack 1, en réalité ce « package » est à disposition dans ce qu’on appelle à présent les « Public Updates ». Toutes ces nouveautés sont incluses la Public Update de Novembre 2016. En fait, depuis avril dernier, les équipes MS travaillent d’arrache-pied pour en sortir une par mois. Tous les détails sont ici.

Tagged with: ,
Publié dans Collaboratif, GED, Office 365, Portail, Sharepoint

Linux, le pire ennemi de Microsoft ? Pas si sûr !

Microsoft loves Linux

Microsoft, un empire construit sur le business du software propriétaire

Il est connu que l’empire Microsoft s’est construit sur le business du software propriétaire. Alors lorsque les solutions open source ont commencé à être connues, les sonnettes d’alarmes ont retenti dans les bureaux de Redmond. Sur le marché des OS notamment, Windows s’est imposé au fil des années malgré toute la puissance de géants comme IBM, mais à quel prix ? Il y a une quinzaine d’années, lorsque l’OS Linux a commencé à devenir très populaire et à réduire la voilure des parts de marché de Windows, le PDG d’alors, Steve Ballmer, s’insurgeait contre ce nouveau venu qui osait remettre en cause la légitimité de Windows durement gagnée. Linux était qualifié de « cancer pour l’industrie informatique ». Il se trouvait cependant que Microsoft utilisait lui-même des serveurs basés sur Linux mais n’en faisait pas étalage évidemment. Il fallait à tout prix sauvegarder la notoriété et l’image de Windows, seul OS vraiment viable pour le commun des mortels. Les enjeux économiques étaient énormes.

Un revirement de stratégie vis-à-vis de l’open source

Beaucoup de chemin a été fait depuis. Aujourd’hui, Microsoft montre clairement et activement son revirement de stratégie vis-à-vis du monde Open Source. Avec l’arrivée de son nouveau PDG Satya Nadella, le virage a été définitivement pris :

  • Participation active aux plus grands salons dédiés à l’open-source
  • Communication clarifiée sur la position du groupe par rapport au Libre
  • Contributions aux comités de standardisation
  • MS Open Tech : implémenter les standards ouverts dans les produits Microsoft et ce dans le « mainstream » des produits phares de la maison

Les efforts soutenus de Satya Nadella ces dernières années ont porté leurs fruits, puisque Microsoft devient aujourd’hui membre Platinum de la Linux Foundation, tout de même en s’acquittant de la modique somme de 500 000 dollars. Une paille pour la société, qui reste la deuxième capitalisation boursière au monde…

Le but de la manœuvre ? Soutenir activement le développement de l’OS alternatif. D’ailleurs Microsoft va plus loin : certains de ses logiciels propriétaires sont dores et déjà portés sous Linux : PowerShell, SQL Server, etc.

« Il est temps pour Microsoft d’apporter sa pierre à l’édifice open source »

Du côté de Linux, Jim Zemlin, son directeur exécutif, déclare que Microsoft est « le mieux placé pour collaborer avec la communauté autour de l’open source pour amener des expériences mobile et dans le cloud à plus de personnes ».

Évidemment, cette adhésion « Platinum » a également un objectif stratégique pour la firme : changer l’image de Microsoft, plus respectueuse envers le vaste monde du Libre, et avoir plus de poids quant aux orientations choisies. « Pour nous, cette prise de position importante chez Linux est aussi une manière symbolique de montrer qu’on a changé, et que l’on est surtout sérieux sur le sujet », rapporte Frédéric Aatz, directeur de la stratégie interopérabilité et open source chez Microsoft France. « Le combat est derrière nous, la hache de guerre enterrée, et il est temps pour Microsoft d’apporter sa pierre à l’édifice open source.« 

 

Tagged with: , , , ,
Publié dans Actualités

Sortie de Microsoft Teams

Après les rumeurs de rachat de Slack l’été dernier, Microsoft a finalement sorti sa propre application de messagerie d’équipe, appelée tout simplement « Teams » : https://products.office.com/fr-fr/microsoft-teams/group-chat-software

Celle-ci est dès à présent disponible en prévisualisation, et activable par les administrateurs Office 365 depuis leur espace d’administration https://portal.office.com/adminportal/home#/Settings/Apps

Une fois activée, les utilisateurs du tenant peuvent accéder à cette interface :

2016-11-07_20h08_41

Difficile, à chaud, de positionner cette (nouvelle) brique, mais on peut d’ores et déjà remarquer que :

  • Teams est disponible à la fois en ligne et via un client lourd
  • ce service est intégré avec les autres services Office 365 (OneNote, Exchange, l’annuaire…)

Rendez-vous dans quelques temps, après avoir expérimenté plus longuement !

 

Tagged with: , ,
Publié dans Office 365

Office 365 : si on parlait E5 ?

Cela fait maintenant plus de 6 mois que l’offre E5 a fait son apparition sur Office 365, et a ainsi rejoint la famille des plans Entreprise de la suite cloud de Microsoft. Remplaçant de E4 et commercialisé au tarif de 34,40 € HT, il est aussi plus complet et repose sur 3 piliers :

  • La téléphonie
  • La sécurité
  • Le Data Analytics avec Power BI Pro

Je vous propose aujourd’hui de nous attarder sur la partie téléphonie, avant d’adresser très prochainement les 2 autres axes.

#01 : La téléphonie avec Skype

E5 enrichit l’expérience utilisateur en intégrant la communication autour de 3 éléments : PSTN Conferencing, Cloud PBX et PSTN Calling

PSTN Conferencing

Premier « gros mot » des fonctionnalités téléphoniques de E5, c’est aussi l’une des fonctionnalités les plus utilisées et qui étaient les plus attendues ! Cette fonctionnalité permet d’ajouter à vos réunions Skype un numéro de téléphone, permettant ainsi aux personnes de rejoindre la réunion en multimodalité : Skype, fixe ou mobile.

pstn-conferencing

Si l’on pouvait déjà créer des ponts téléphoniques avec des solutions tierces, l’intégration de cette fonctionnalité simplifie grandement la mise en œuvre, avec une approche tarifaire différenciante : un coût unique forfaitaire par utilisateur et par mois (en version standalone), et donc intégré à E5.

Cette fonctionnalité répond à 2 cas d’usage :

  • Dial-in : capacité pour les personnes à rejoindre la réunion par téléphone, et ce au tarif d’une communication locale puisque Microsoft propose des points de connexion (presque) partout à travers le monde.
  • Dial-out : capacité pour l’organisateur d’ajouter une personne via son numéro de téléphone, ou pour les participants ne disposant pas de casques, de se faire appeler sur leur téléphone. Dans ce cas, les communications « régionales » sont gratuites et payantes à l’international. En clair, si le point audio de la réunion est un numéro français, les communications seront gratuites vers tous les numéros fixes et mobiles en France, mais payantes vers l’étranger.

Cloud PBX

Comme son nom l’indique (ou pas), cette fonctionnalité propose le remplacement de votre IPBX traditionnel par un PBX dans le cloud.

C’est donc un équipement qui permet de distribuer et gérer des numéros de téléphone pour les collaborateurs. Possibilité de gérer les SDA, le nombre de canaux… Tout comme dans un schéma traditionnel, les communications internes sont gratuites et toutes les personnes ne disposent pas forcément d’une ligne directe. Au niveau du cloud PBX, le client a le choix de conserver son opérateur traditionnel, moyennant une infrastructure adéquate, ou bien de s’appuyer sur le PSTN Calling (dès que celui-ci sera disponible).

shema cloud pbx

source : Microsoft technet

PSTN Calling

C’est donc le petit dernier de la série. A la sortie de E5, ce service n’était disponible en France. C’est désormais chose (presque) faite. Microsoft a annoncé sa disponibilité (en preview) le 4 octobre, à l’occasion de MS Experiences :

pstn-calling-office-365-microsoft

Mais le PSTN Calling, en deux mots, c’est quoi ? C’est tout simplement une alternative à votre opérateur téléphonique classique et ce de façon totalement intégrée à votre interface d’administration Office 365. Le PSTN Calling vous permet donc d’attribuer de disposer d’un numéro de téléphone et de passer des appels depuis n’importe quel Device, en vous affranchissant totalement de votre opérateur « traditionnel ». Les tarifs n’ont pas encore été dévoilés pour la France.

En résumé, les 3 fonctionnalités de la téléphonie offertes par E5 permettent donc au client de disposer d’une offre complète intégrée dans ses outils de productivité, et administrable au sein de sa console Office 365.

Tagged with: , , ,
Publié dans Office 365

Des datacenters Microsoft en France pour 2017 ?

Des datacenters Microsoft en France pour 2017 ?

C’est la promesse de Microsoft faite aujourd’hui même par Satya Nadella, CEO, et Brad Smith, Président de Microsoft.

Ces datacenters hébergeraient différents services comme Microsoft Azure, Office 365, et Dynamics 365.

Je vous invite à consulter le communiqué de Microsoft à ce sujet pour plus de détails.

Merci Eric R. !

microsoft_services-cloud-france

Tagged with: , , , ,
Publié dans Actualités, Azure, Office 365

Flow sur les listes SharePoint

Déploiement du modern UI

On parle beaucoup en ce moment des modern team sites… mais on oublie que quelques composants bénéficient déjà de cette nouvelle ergonomie.

Les premiers composant de SharePoint à avoir été relookés sont les « Bibliothèques de documents ». Il y a eu ensuite, de manière très discrète, le « contenu du site », et plus récemment ce sont les listes qui ont été mises à jour.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Flow mis en évidence

L’objet de cet article n’est pas cette nouvelle ergonomie. On va s’intéresser au petit bouton « Flux » , discret, mais qui sera bien utile.

flow-button

Je vous avais déjà parlé de flow dans un article précédent. Et bien nous y voilà ! Il commence à être intégré à SharePoint.

Et pour vous en parler, je vais utiliser un cas d’usage très simple.

Cas d’usage : être averti qu’une facture doit être émise

Nous sommes dans une ESN, des projets sont en cours. Les échéanciers de facturation sont définis, et sont gérés par le chef de projets en fonction de l’actualité du projet à l’aide d’une liste SharePoint.

modernui-list

Mais notre chef de projet, qui est un peu sous pression (!!), oublie systématiquement d’informer son assistante qu’une facture doit être établie…  ce qui l’agace et c’est bien compréhensible 🙂 L’informatique interne n’a pas le temps d’améliorer la liste SharePoint de gestion de l’échéancier car un gros projet d’infrastructure est en cours.

Nb : Je tiens à préciser que cette histoire ne saurait décrire des faits qui se sont réellement déroulés !

Du coup, notre assistante Sarah va créer un « flow » qui lui enverra un mail lorsqu’un jalon de facturation sera atteint.

La démo !

Sarah va dans SharePoint, navigue jusqu’à la liste et clique sur le bouton « Créer un flux ».

flow-modeles

On lui propose alors un ensemble de modèles disponibles. Dans le cas présent, Sarah n’a pas de chance car elle ne trouve pas de modèle qui corresponde exactement à ses attentes. Mais ce n’est pas grave… il est possible de créer un flow à partir de rien !

Sarah se retrouve donc devant une page (presque) blanche. Le premier composant à ajouter, c’est l’événement qui va déclencher le flux. Dans son cas, ça sera « Lorsqu’un élément existant est modifié ».

flow-addtrigger

Elle renseigne l’adresse du site SharePoint et sélectionne la liste « Échéanciers de facturation ».

flow-triggerconfig

Dans les options avancées, elle peut aussi définir des critères de filtre pour que le trigger ne se déclenche que sur certains éléments.

Le bouton « New step » permet d’ajouter une étape suite au déclenchement du trigger. On voit sur l’illustration ci-après qu’il est possible de faire une étape conditionnelle ou des boucles.flow-addaction

Sarah ne veut être avertie que lorsqu’une facture doit être émise. Elle va donc créer une condition.

flow-condition.jpg

Flow l’aide dans la définition de la condition en lui proposant les informations de la liste. Dans son cas, c’est l’état de l’échéance qui l’intéresse. Elle va aussi rajouter une condition pour ne pas être notifiée lorsque c’est elle qui modifie l’échéance.

flow-condition2

Maintenant que les conditions sont définies, Sarah va créer l’action :

flow-email

Ici aussi, il est possible d’afficher des options avancées permettant d’avoir plus de maîtrise sur le mail.

Sarah enregistre son flux, et c’est terminé. Voici un exemple de mail reçu :

flow-mailresult

Gestion des flux

Il est possible de gérer ses flux à l’aide du bouton « Voir mes flux ». On y retrouve tous les flux qu’on l’on a créés.

flow-liste

Un point intéressant ici, c’est la possibilité de désactiver un flux temporairement.

Le bouton « i » permet d’accéder à l’historique :

flow-resultlist

Et même aller dans le détail d’une exécution afin d’analyser le déroulement du traitement.

flow-historydetail

A noter que lorsqu’un flux est en erreur, une notification est envoyée pour vous en informer.

flow-notification

Précautions à prendre

Pour la réalisation de ce tuto, j’ai eu quelques aléas : les caractères spéciaux sont strictement interdis dans les noms de étape. Voici quelques exemples qui ne passent pas.

  • Etat = A valider ?
  • Modification de lélément

J’ajouterais qu’il serait sage de ne pas utiliser d’accents non plus.

On rencontre parfois quelques problèmes au niveau de l’IHM : certains items de menus sont masqués par des div, difficultés pour modifier le body du mail sans devoir le ressaisir, impossible de renommer le trigger… donc je pense qu’il faut régulièrement enregistrer son flux sous peine de perdre du temps.

Tagged with: , , , ,
Publié dans Collaboratif, Office 365, Sharepoint

Azure : Ouverture du datacenter en Allemagne !

Petit billet (par la taille), concernant Azure, et l’ouverture du DataCenter Allemand.

Tout est dit ici.

Tagged with: ,
Publié dans Actualités, Azure

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 693 autres abonnés

Suivre ASI sur Twitter
%d blogueurs aiment cette page :