Avec Cloudyn, Microsoft s’attaque à la gestion des coûts sur le Cloud

MS-Azure-Cloudyn-logos-e1498815895255Ce n’est un secret pour personne, les entreprises sont de plus en plus tentées d’évoluer vers les solutions Cloud. Il faut dire que cette stratégie représente un gain potentiel de productivité et de flexibilité non négligeable.

Trouver un équilibre entre économies réalisées grâce au Cloud & coûts de migration et d’abonnement

Pourtant, certains freins continuent de refroidir les nouveaux aventuriers du Cloud. Tout d’abord, une certaine frilosité quant à la sécurité des données et à leur utilisation. Mais si cet aspect tend à se raréfier, ce sont bien les coûts liés à la migration et aux abonnements qui commencent à semer le doute.

Le Cloud représente une source potentielle d’économies pour l’entreprise. En effet, sa gestion ne nécessite pas d’employé interne, ni l’acquisition et la maintenance de nouveaux équipements informatiques. Mais la forte hausse de la demande a conduit au développement d’une politique de prix agressive parmi les fournisseurs de services Cloud.

En conséquence, les entreprises sont désormais de plus en plus regardantes sur les tarifs proposés, et ne manquent pas de faire savoir leur mécontentement chaque fois qu’un problème survient.

L’achat de Cloudyn par Microsoft

C’est dans ce contexte que Microsoft a pris la décision de réagir. Lors de la conférence Ignite, à Orlando, le 27 octobre dernier, la firme annonçait des résultats plus que favorables, avec près de 90% d’augmentation de chiffre d’affaire pour les produits Azure.

Mais cet événement a également été l’occasion de revenir sur une des dernières acquisitions de la firme. En juin dernier a été confirmé l’achat de la société israélienne Cloudyn par Microsoft, pour un montant estimé entre 50 et 70 millions de dollars. Créée en 2001, Cloudyn propose à ses clients une optimisation des investissements réalisés dans les services Cloud.

Le CEO de Cloudyn, Sharon Wagner, a par la suite confirmé l’intégration de ses services dans le portefeuille de produits Microsoft. L’association d’Azure et de Cloudyn devrait permettre une optimisation des coûts liés au Cloud, par le bais de la surveillance, d’une analyse minutieuse et d’une répartition automatisée des coûts.

Réussir à évaluer l’importance de ses besoins

En effet, une des premières difficultés auxquelles sont confrontées les entreprises débutantes dans le Cloud est d’évaluer l’importance de leurs besoins. Une mise à l’échelle automatique, selon les besoins véritablement nécessaires, permettrait donc d’éviter une surconsommation.

Il faut différencier les instances dites « réservées » des instances à la demande. En effet, les instances réservées permettent aux consommateurs de n’utiliser le serveur que lorsque cela est nécessaire. Et, par conséquent, de limiter les coûts énergétiques et matériels.

La conservation des sauvegardes est une nécessité, mais peut rapidement engendrer des coûts supplémentaires, ce qui incite à ne conserver que l’essentiel. Amazon Web Service l’avait déjà bien compris, et s’était positionné avec le service Glacier, conçu pour le stockage et l’archivage des données sur le long terme, pour un prix des plus compétitifs (à partir de 0.004 U.S. $ par gigaoctet et par mois).

D’une manière générale, la surveillance des budgets alloués au Cloud est devenue une priorité pour de nombreux gestionnaires d’entreprises, le but étant d’intervenir rapidement en cas d’incident, et d’obtenir remboursement en cas de coûts surnuméraires. Dans cette optique, la société ParkMyCloud, créée en 2015, propose jusqu’à 65% de réduction des coûts, en n’exécutant les instances que lorsque cela est strictement nécessaire.

Les services Cloud, un marché en pleine mutation

En conclusion, on retiendra que le marché des services Cloud est en pleine mutation. Les entreprises ont acquis une plus grande expérience sur ces problématiques, et sont désormais plus attentives à la transparence et à la compétitivité des offres. Il ne fait aucun doute que les principaux acteurs devront s’adapter à ces changements, comme Microsoft semble le faire, pour tenir à distance leurs concurrents.

Tagged with: , , , ,
Publié dans Azure

Teams est désormais disponible

Beaucoup d’utilisateurs cherchaient désespérément la tuile Teams dans leur lanceur d’applications Office 365 ! Eh bien ça y est, elle est disponible et bien visible, et ce depuis la mise à disposition générale de Teams pour l’ensemble des clients Enterprise Office 365.

2017-03-30_09h59_12

Mais revenons un instant sur Teams. Lancé il y a quelques mois et disponible ainsi en preview, Teams est une brique collaborative axée sur le conversationnel (Teams est souvent comparé à Slack) qui permet à un ensemble d’utilisateurs de collaborer autour de chaînes (Channels). Comme désormais une bonne partie des applications de l’écosystème Office 365, Teams est basé sur les Office Groups. Il est donc très simple d’importer un Office Groups dans un Teams et ainsi de pouvoir conserver tous les fichiers que vous aviez dans le groupe.

Un des vrais atouts de Teams est de proposer une vraie alternative à l’email, en proposant une offre de service différente dans laquelle nous pouvons échanger avec une personne ou un groupe. Par ailleurs, cette alternative se matérialise jusque dans l’outil puisque Groups était accessible au travers d’Outlook et Outlook en ligne, là où Teams dispose d’un client riche spécifique, disponible sur tous les devices, ainsi qu’une interface web.

teams

Teams propose une vraie expérience intégrée d’une bonne partie des outils O365, y compris les conversations Skype ! Le passage à Teams nécessite donc un changement culturel dans la façon de travailler et devrait nécessairement s’accompagner d’un plan d’accompagnement au changement !

Tagged with:
Publié dans Office 365

Avoir un site c’est bien. Avoir une bonne mise en page, c’est mieux !

« Avoir un site c’est bien. Avoir une bonne mise en page, c’est mieux ! »… Voici une introduction attractive de l’excellent post de Sonya, web designer chez ASI, qui rappelle l’importance de l’organisation et de la présentation de l’information au sein même d’une page de votre site.

Source : Avoir un site c’est bien. Avoir une bonne mise en page, c’est mieux !

Tagged with: , , , ,
Publié dans Office 365, Portail, Sharepoint

Nouveauté Microsoft, StaffHub en Preview publique

Avec la nouvelle application StaffHub, Microsoft vise clairement les « deskless workers » (les employés sans poste de travail professionnel) qui n’ont pas de plage horaire de travail fixe (personnels d’entretien dans une chaîne d’hôtel, techniciens dans un centre auto, personnel hospitalier, animateurs dans les parcs d’attraction…). La plupart de ces personnes est désormais équipée de smartphones (personnels dans la majorité des cas) et Microsoft y voit un moyen de connecter ces employés trop longtemps oubliés au reste de la société (équipe, manager…).

Microsoft StaffHub est le fruit d’un partenariat fort entre le groupe AccorHotels et Microsoft. Le but premier de cette application est de proposer à ces « deskless workers » la possibilité de consulter leur planning, depuis chez eux, sans pour autant être obligé de repasser au bureau. Microsoft a ajouté quelques fonctionnalités comme la possibilité d’échanger des créneaux de travail entre les différents membres d’une équipe (action soumise à la validation du manager) ainsi que des fonctionnalités tournées autour de la communication (annonces, chat) ou bien même de l’échange de fichiers.

Pour l’instant, l’application s’oriente donc autour de trois axes :

  • Planification
  • Communication
  • Partage de contenus

Côté application Web, Microsoft StaffHub permet principalement aux managers de créer et de gérer les horaires de travail de leurs collaborateurs, tout en poussant les communications importantes et les fichiers utiles aux collaborateurs. Pour ces derniers, Microsoft StaffHub permet de consulter leur planning, d’effectuer une demande de congé ou d’échange de créneau avec un collègue, de consulter les annonces et le contenu nécessaire à la réalisation de leur travail, et cela, depuis une application dédiée pour leur smartphone, Androïd ou iOS. Il n’est pas prévu semble-t-il de porter cette solution sur Windows Phone, ce qui démontre bien la volonté de Microsoft de se retirer de ce créneau… pour mieux revenir pour les devices du futur !

staffhub

Toute l’équipe peut échanger de manière individuelle ou collective des messages via le module de chat proposé.

Techniquement, la création d’une équipe implique la mise en place d’un Office Groups 365. Microsoft s’appuie donc fortement sur les composants déjà proposés dans Office 365.

La version publique Preview est d’ores et déjà disponible (http://staffhub.ms). Microsoft indique que le développement de l’application se poursuit. D’autres fonctionnalités seront donc sans doute amenées à apparaître ces prochains mois. L’application est disponible dès le plus bas niveau de licence Office 365, le K1, mais aussi pour les niveaux E1, E3 et E5, et cela, sans surcoût. Un bel enrichissement, qui n’intéressera sans doute pas tous ses clients actuels, mais qui devrait permettre à l’éditeur d’aller chercher encore de nouveaux abonnements pour Office 365.

C’est également l’occasion pour Microsoft d’annoncer, à termes, que StaffHub sera intégré à EASY (Employee AppStore for You), le futur portail interne d’applications mobiles mis à la disposition des collaborateurs sur leur smartphone.

Tagged with: , , ,
Publié dans Actualités, Mobilité, Office 365

Fin de support Microsoft pour la version 2013 d’Office 365 ProPlus

microsoftproplusPassé le 28 février 2017, il faudra migrer vers la dernière version d’Office 365 Client (Office 2016) pour continuer à recevoir le support de Microsoft. Microsoft rappelle au passage dans cet article que la version 2016 d’office ProPlus ne peut se connecter à Exchange Server 2007. Cette migration n’est donc pas sans conséquence pour les sociétés qui utilisent encore cette version d’Exchange. Il est peut-être temps, pour vous, de penser à migrer vos produits office… dans le cloud par exemple.

Pour celles et ceux qui choisissent de prendre encore un peu de temps avant d’assurer cette migration, sachez que Microsoft indique que les mises à jour de sécurité importantes et critiques sur ce produit seront encore assurées jusqu’en avril 2018.

A noter que d’autres versions de produits, bien que moins populaires chez nos clients, voient également leur support s’arrêter :

  • Version 2013 d’Office 365 Business
  • Version 2013 d’Office 365 Small Business Premium
  • Version 2013 de Project Pro pour Office 365
  • Version 2013 de Visio Pro pour Office 365

Pour connaître le cycle de vie de vos autres produits Microsoft, vous pouvez vous rendre ici.

Tagged with: , ,
Publié dans Actualités, Office 365

Le premier Feature Pack pour SharePoint 2016

Afficher l'image d'origine

Un produit en constante innovation

SharePoint 2016 vient à peine d’arriver que Microsoft nous annonce l’arrivée du Feature Pack 1 pour SharePoint Server 2016.

Les choses s’accélèrent à Redmond et SharePoint 2016 fait partie de la course. A l’instar de Windows 10, dès le lancement de cette nouvelle mouture, Microsoft annonçait clairement que cette version posait les nouvelles bases de SharePoint : robuste, moderne, en innovation constante et surtout orienté Cloud plus que jamais.

Le schéma des mises à jour s’adapte donc aussi à ce train en accélération : on ne parle plus de Service Packs tous les 6 mois / 1 an, mais bien de Feature Packs, produits à un rythme plus élevé afin de mettre mieux en adéquation les versions on-prem et cloud de SharePoint.

Nouveautés du Feature Pack 1

Ce Feature Pack 1 apporte donc son lot de nouveautés avec notamment :

  • La journalisation des actions d’administration,
  • Une version améliorée des Mini-Rôles pour les fermes de taille modeste,
  • L’arrivée de la Modern Experience pour OneDrive For Business,
  • Le support des tuiles personnalisées dans le lanceur d’application,
  • Les capacités d’audit enfin accessibles en mode hypbride,
  • De même pour la taxonomie unifiée entre le cloud et vos serveurs,
  • Enfin, une API pour OneDrive pour des développements On-Prem.

Journalisation des actions d’administration

Vous ne vous êtes jamais retrouvés dans cette situation où vous ne vous rappelez plus du tout comment accéder à telle fonctionnalité de l’Administration Centrale ? Ou comment vous aviez résolu tel problème grâce à une option bien cachée sous les couches de fenêtres de paramétrage ?

Microsoft a pensé à vous et vous permet à présent de gagner du temps en enregistrant tout ce que vous faites dans l’Administration Centrale ou en session Management Shell. Enfin vous allez pouvoir capitaliser sur le savoir-faire en administration SharePoint 🙂

Des Mini-Rôles en mieux

Grâce aux mini-rôles dans SharePoint 2016, quoi de plus facile que d’ajouter un nouveau serveur à votre ferme spécialisé dans l’indexation de la Recherche par exemple, ou bien encore dans l’exécution des conversions de documents Office ? Vous indiquez à SharePoint ce à quoi se destine votre nouveau serveur, et il fait le reste : les applications de service ad-hoc sont automatiquement instanciées et configurées correctement. Moins de sueur, plus de temps !

A présent, deux rôles pré-configurés sont disponibles :

  • serveur Front-End avec Cache Distribué
  • serveur d’application avec la Recherche

Ainsi, rien qu’avec ces deux nouveaux mini-rôles, qui couvrent l’essentiel d’une ferme SharePoint de base, il n’a jamais été aussi facile de déployer une nouvelle ferme à 2 serveurs.

La Modern Experience pour OneDrive For Business

Vous commencez à aimer sérieusement le nouveau look&feel de OneDrive sur Office365 ? Vos yeux vous piquent lorsque vous revoyez un MySite sous SharePoint 2013 ?  Ne vous inquiétez pas, désormais les sites OneDrive For Business hébergés dans votre ferme SharePoint Server 2016 bénéficient eux aussi de la Modern Experience. Vos utilisateurs vont vous adorer 😉

Tuiles personnalisées

Le Lanceur d’Application est LE « Menu Démarrer » de SharePoint dorénavant. Introduit avec l’arrivée d’Office 365, Microsoft en a fait progressivement la plateforme, le bouton de démarrage incontournable pour l’utilisateur qui souhaite accéder à l’ensemble de ses services. Il était déjà possible d’ajouter des tuiles standards dans Office 365 et de les retrouver sur sa ferme On-Prem dans une configuration hybride. Maintenant les tuiles peuvent « pointer » sur tout ce qui nous intéresse… même leboncoin.fr, oui, oui !

Une API pour OneDrive

Qui dit espace de stockage, dit API d’accès. Non ? C’est la moindre des choses. Grâce à son lot de services HTTP, votre application custom peut aller chercher et interagir avec tous les documents et dossiers stockés aussi bien sur OneDrive Personal, OneDrive For Business et SharePoint Online. Imaginez par exemple une app pour mobile qui vous permette de visualiser au même endroit tous vos documents, qu’ils soient stockés sur votre OneDrive d’entreprise ou votre OneDrive personnel.

L’hybride qui va plus loin

Les capacités d’audit sont repoussées : les journalisations d’usage et d’activités diverses et variées que produit votre ferme On-Prem sont régulièrement téléchargées vers votre espace d’administration dans Office 365. Ainsi vous pouvez surveiller votre ferme On-Prem depuis les nuages !

La taxonomie dans SharePoint est un pilier de la classification et de l’organisation des contenus et de l’information. Les documents et les pages ainsi estampillés de mots-clés permettent de produire à terme une navigation transverse par thématiques du métier, sans compter les bénéfices apportées dans l’expérience de Recherche, et tout cela en respectant la  culture linguistique de chacun. A présent, les ensembles de termes de votre ferme peuvent être unifiés à ceux que vous avez définis dans SharePoint Online. Ainsi la gestion des ensembles de termes ne se fait plus qu’à un seul endroit.

Afficher l'image d'origine

Oui mais quand ?

De son petit nom Feature Pack 1, en réalité ce « package » est à disposition dans ce qu’on appelle à présent les « Public Updates ». Toutes ces nouveautés sont incluses la Public Update de Novembre 2016. En fait, depuis avril dernier, les équipes MS travaillent d’arrache-pied pour en sortir une par mois. Tous les détails sont ici.

Tagged with: ,
Publié dans Collaboratif, GED, Office 365, Portail, Sharepoint

Linux, le pire ennemi de Microsoft ? Pas si sûr !

Microsoft loves Linux

Microsoft, un empire construit sur le business du software propriétaire

Il est connu que l’empire Microsoft s’est construit sur le business du software propriétaire. Alors lorsque les solutions open source ont commencé à être connues, les sonnettes d’alarmes ont retenti dans les bureaux de Redmond. Sur le marché des OS notamment, Windows s’est imposé au fil des années malgré toute la puissance de géants comme IBM, mais à quel prix ? Il y a une quinzaine d’années, lorsque l’OS Linux a commencé à devenir très populaire et à réduire la voilure des parts de marché de Windows, le PDG d’alors, Steve Ballmer, s’insurgeait contre ce nouveau venu qui osait remettre en cause la légitimité de Windows durement gagnée. Linux était qualifié de « cancer pour l’industrie informatique ». Il se trouvait cependant que Microsoft utilisait lui-même des serveurs basés sur Linux mais n’en faisait pas étalage évidemment. Il fallait à tout prix sauvegarder la notoriété et l’image de Windows, seul OS vraiment viable pour le commun des mortels. Les enjeux économiques étaient énormes.

Un revirement de stratégie vis-à-vis de l’open source

Beaucoup de chemin a été fait depuis. Aujourd’hui, Microsoft montre clairement et activement son revirement de stratégie vis-à-vis du monde Open Source. Avec l’arrivée de son nouveau PDG Satya Nadella, le virage a été définitivement pris :

  • Participation active aux plus grands salons dédiés à l’open-source
  • Communication clarifiée sur la position du groupe par rapport au Libre
  • Contributions aux comités de standardisation
  • MS Open Tech : implémenter les standards ouverts dans les produits Microsoft et ce dans le « mainstream » des produits phares de la maison

Les efforts soutenus de Satya Nadella ces dernières années ont porté leurs fruits, puisque Microsoft devient aujourd’hui membre Platinum de la Linux Foundation, tout de même en s’acquittant de la modique somme de 500 000 dollars. Une paille pour la société, qui reste la deuxième capitalisation boursière au monde…

Le but de la manœuvre ? Soutenir activement le développement de l’OS alternatif. D’ailleurs Microsoft va plus loin : certains de ses logiciels propriétaires sont dores et déjà portés sous Linux : PowerShell, SQL Server, etc.

« Il est temps pour Microsoft d’apporter sa pierre à l’édifice open source »

Du côté de Linux, Jim Zemlin, son directeur exécutif, déclare que Microsoft est « le mieux placé pour collaborer avec la communauté autour de l’open source pour amener des expériences mobile et dans le cloud à plus de personnes ».

Évidemment, cette adhésion « Platinum » a également un objectif stratégique pour la firme : changer l’image de Microsoft, plus respectueuse envers le vaste monde du Libre, et avoir plus de poids quant aux orientations choisies. « Pour nous, cette prise de position importante chez Linux est aussi une manière symbolique de montrer qu’on a changé, et que l’on est surtout sérieux sur le sujet », rapporte Frédéric Aatz, directeur de la stratégie interopérabilité et open source chez Microsoft France. « Le combat est derrière nous, la hache de guerre enterrée, et il est temps pour Microsoft d’apporter sa pierre à l’édifice open source.« 

 

Tagged with: , , , ,
Publié dans Actualités

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 694 autres abonnés

Suivre ASI sur Twitter
%d blogueurs aiment cette page :